Événements significatifs de sa vie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yves Rancourt   
Samedi, 21 Février 2009 18:06

Les événements dans sa vie

Les événements significatifs dans la vie du Père Émilien Tardif, m.s.c. (extrait de El Camirio Domingo, 24 juin 2007, p. 13-14 du P. Dario Taveras, m.s.c. (Traduit par Yves Rancourt, ptre.)

Il est né et baptisé dans la paroisse St-Zacharie, Québec, Canada, le 6 juin 1928. Il reçût le sacrement de confirmation le 17 juin 1935 à St-Zacharie. Il termina l’école primaire et a fait son secondaire au séminaire mineur des Missionnaires du Sacré-Cœur, appelé « Petite œuvre », à Beauport, Québec de 1941-1948. Le 8 septembre 1948, le jeune Émilien Tardif commença son noviciat à Ste-Clotilde, province de Québec, où il prononça ses vœux de pauvreté, chasteté et d’obéissance le 8 septembre 1949. Il a fait ses études de philosophie à Watertown, New York, entre 1949 et 1952, et ses études de théologie à Québec de 1952 à 1956, résidant à la rue Ste-Ursule, No 71.

L’ordination sacerdotale est le 24 juin 1955 à Rapide de Danseur, dans la région de l’Abitibi où sa famille avait immigré. Il fût ordonné par Mgr Desmarais, évêque d’Amos. Le 17 septembre 1956, il arriva à Santiago de Los Laballeros, envoyé comme missionnaire par ses supérieurs depuis le Canada. Du 1er octobre au 12 décembre 1956, il exerça son premier ministère comme vicaire de la paroisse de Nagua. Le 12 octobre 1956 fût inauguré le séminaire des Missionnaires du Sacré-Cœur à San José de Las Matas et là, arriva le Père Émilien et y resta jusqu’en avril 1963, combinant le devoir de professeur avec celui de directeur de la revue, Amigo Del Hogar. Là, il contribua à la formation de jeunes qui aujourd’hui sont prêtres, m.s.c. ou professionnels. Le Père Émilien fut directeur de la revue Amigo Del Hogar de juin 1959 à 1970, augmentant le tirage de 8 à 26 milles exemplaires, avec la travail de la revue Juan Bolivar Diaz.

En mai 1963, la petite imprimerie Amigo Del Hogar, qui avait été commencée avec le frère Jorge Trasdale, m.s.c. a été transférée à la paroisse de l‘Altagracia de Santiago, où il fût missionnaire jusqu’en août 1968. En 1965, il fût en tête de l’organisation de la Croisée du Rosaire en famille de Pudro Peyton, le 21 mars une grande consécration a eu lieu autour du monument de la paix de Santiago, sous son initiative. En août 1968, étant déjà supérieur de la congrégation dans le pays, il transféra l’imprimerie à Amigo Del Hogar, dans le lotissement de Santo Domingo de Los Prados.

Le Père Émilien fût supérieur de la congrégation du 12 mai 1963 jusqu’au 30 juin 1973, il stimula la construction du Centre Vocationnel, m.s.c. à Licey,  Casa central de Los Prados et le Centre de Promotion de Nagua. De décembre 1971 à avril 1972, il a vécu à Santiago comme vicaire de la paroisse de Los Jardines et de la Altagracia. Dans sont travail pastoral il collabora toujours à la pastorale familiale à travers le mouvement de la famille chrétienne. En avril 1972, il retourna à Los Prados, et le 14 juin 1973 participant à une réunion du mouvement de la famille chrétienne, se sentant très mal, il fût transporté au Centre Médical de la V.C.E. De là il partit pour l’hôpital Laval de Québec le 29 août, il sortit de l’hôpital.

Du 29 août 1973 au 8 juillet 1974 il a vécu à la maison des Missionnaires du Sacré-Cœur sur la rue Sainte-Ursule à Québec, Canada. En cette maison, il avait vécu durant ses années d’étudiant en théologie. Le 8 juillet 1974, il retourna en République Dominicaine après un an de maladie, de convalescence, de guérison et de repos dans son pays natal. À partir de cette date le Père Émilien assumera conjointement le ministère paroissial avec la prédication dans le pays et à l’extérieur du pays. Il réside à la paroisse de La Altagracia de Nagua, de juillet 1974 jusqu’au 28 mai 1978, d’abord comme vicaire et par la suite comme curé.

Du 28 mai 1978 au 18 avril 1981, il se partagea comme curé de Sanchez et le ministère à Samana. Du 18 avril 1981 au 8 novembre de la même année, il dirigea la paroisse de Pimentel. Du 8 novembre 1981 au 7 janvier 1984, il est vicaire de la paroisse San Pablo de La Romana, libéré chaque fois par ses supérieurs pour la prédication au pays et à l’extérieur. La communauté des Serviteurs du Christ Vivant nait le 28 novembre 1982. Du 7 janvier 1984 au 7 juin 1985, il fût vicaire en San José de Las Matas. De San José de Las Matas il vient à Los Prados pour se dédier à temps complet à l’évangélisation pour le monde entier, et à la communauté des Serviteurs du Christ Vivant. C’est là qui commença à vivre à la Casa de La Anunciacion, récemment ouverte.

Le 6 juin 1999, il célèbre son 71e anniversaire. La célébration à la Casa de la Anunciacion fût une grande fête. Avec les Serviteurs du Christ Vivant, étaient de la fête, le Père Provincial et le Père Jorge Bravo qui ont participé à la célébration eucharistique avec lui au repas du midi. Le Père Émilien présida le banquet, les yeux scintillant comme un enfant avec son petit chapeau pointu de carton bleu. À un moment de la célébration, il a dit : « Je crois que je vais mourir bientôt, car je n’ai jamais eu une célébration d’anniversaire aussi belle. »

Il a pris l’avion en après-midi pour l’Argentine, arrivant à 15h30 du jour suivant à San Antonio de Arredondo. À peine une heure après son arrivée, il commença une retraite avec plus de 200 prêtres. Rapidement il célébra l’Eucharistie et participa au repas. Fatigué comme il était, après un aussi long voyage, il se retira à sa chambre pour se reposer. Le jour suivant, le déjeuner était à 8h00 et la prière des laudes à 8h15. À 9h15 on abordait la première conférence et le Père Émilien ne descendait toujours pas. C’est alors que le diacre Évaristo Guzuman, après avoir frappé plusieurs fois à sa porte de sa chambre, ouvre finalement la porte et voit le Père Émilien étendu sur le lit. Il était mort.

Son cadavre arriva à la République Dominicaine le vendredi, le 11 juin, jour que le président de la République déclara jour de deuil national. Le vendredi et le samedi, défilèrent des milles et des milles personnes, d’abord à la paroisse de Los Prados et après à la Casa de la Anunciacion et au palais des sports du Collège Loyola.

Le dimanche, 13 juin, très tôt le matin, une grande fête d’autos accompagna le corbillard jusqu’à Santiago de Los Coballeros. D’abord il y a eu une parade à la paroisse de Nuestra Senora de la Altagracia, où il été arrivé au mois de septembre 1956. Par la suite, la foule l’accompagna jusqu’au Stade Cibao où fût célébré l’Eucharistie en présence de nombreux évêques, prêtres, religieux et une multitude de gens profondément émus. À la fin, accompagné toujours par une foule qui marchait, le cadavre du Père Émilien fût enterré dans la voûte que les missionnaires du Sacré-Cœur ont dans le cimetière de l’Esprit qui de puis est appelé : cimetière « Jésus est à vivo », Jésus est vivant.

Là reposaient les restes du Père Émilien, en très bonne compagnie, entouré des membres défunts de sa communauté des missionnaires du Sacré-Cœur. À la demande de l’archevêque de Santo Domingo, le cardinal Lopez Rodriguez et en accord avec l’archevêque de Santiago Romon de la Rosa, les restes du Père Émilien sont transférés le 9 juin 2007 à l’école d’évangélisation Jean-Paul II, à la capitale dominicaine. Ces restes reposeront définitivement dans la crypte de l’église dédicacée « Cristo Resuscitado ». À partir de cela, nous irons maintenant de l’avant. Ce n’est pas seulement crier « hourra » au Père Émilien, ce qui le mettrait rouge de honte, mais c’est aussi reprendre le cri de Maria Magdalena : « Le premier jour de la semaine à l’aube : « Le Seigneur est vivant… Il est ressuscité… » Qu’il soit aimé partout.

29 décembre 2007

 

Mise à jour le Vendredi, 21 Novembre 2014 15:32