Enfance et jeunesse PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Yves Rancourt   
Samedi, 21 Février 2009 12:13

Le Père Émilien est né à Saint-Zacharie de Beauce, le 6 juin 1928. Un jour en notre église, en entendant un sermon du Père St-Georges Groleau, missionnaire au Japon, comme il en a souvent témoigné, naît dans son coeur le désir de devenir prêtre et missionnaire. A l’âge de 12 ans, soit en 1940, sa famille part en Abitibi, à Rapide-Danseur, comme le firent un grand nombre de familles de notre paroisse à cette époque. Le jeune Émilien entre à l’école apostolique de Beauport, par l’intermédiaire du Frère Armand Tardif, un de ses frères , qui était dans la communauté des M.S.C. Le Père Émilien fait profession chez les missionnaires du Sacré-Coeur, en 1949, et est ordonné prêtre à Rapide-Danseur, le 24 juin 1955, et part pour la République Dominicaine, le 16 septembre 1956.

Bien que je connaissais aussi les membres de sa famille dans les villages voisins, ce n’est qu’en 1973, lorsqu’il est revenu de la République pour être soigné, que j’ai connu le Père Émilien; il venait d’être hospitalisé, à l’hôpital Laval, et était très amaigri. Dans un témoignage, ce missionnaire racontait qu’après la visite en juillet, de Mme Catudal, son mari et son fils, ainsi que Mme Rose Tardif, sa soeur et M. Paul Rémi Paquet son beau-frère qui étaient venus à l’hôpital pour prier pour sa guérison, il avait été guéri. A ce moment je me suis intéressé au renouveau et j’ai joint le groupe de soutien de ma paroisse. Le groupe de prières charismatiques a commencé le Mardi Saint 1974, et  le Père Émilien était venu à la première réunion de prières. Et dans la même année, en juin, je participais avec d’autres personnes de la paroisse, au premier congrès francophone qui s’est tenu au Pavillon d’éducation physique de l’Université Laval, et j’ai été témoin de près de la guérison que Mme Hélène Lacroix a reçue, durant la période de questions à la fin de l’atelier animé par le Père Émilien et qui avait comme thème: la foi et les signes qui l’accompagnent. C’est le premier miracle physique que le Père Émilien a vu et moi aussi. Le Seigneur l’appelait à ce ministère de guérison à travers le monde: "Je suis le petit âne qui porte Jésus."

Mise à jour le Vendredi, 21 Novembre 2014 15:14