Père Émilien Tardif
Padre Emiliano Tardif

Viajero de Dios

Prière pour les malades
   


Seigneur Jésus, nous te remercions pour tout ce que Tu as fait durant ta vie publique et tout ce que tu as  fait aujourd’hui dans ton peuple et comme le centurion au pied de la croix qui criait: «Vraiment, celui-ci était le fils de Dieu», en voyant les merveilles de ton amour, nous voulons nous aussi crier: «Vraiment celui-ci est le Fils de Dieu.» Et ce soir, nous professons notre foi. Nous croyons que Tu es le Fils de Dieu fait homme, que tu es le Messie Sauveur et que Tu es venu sur la terre des hommes pour nous libérer du péché, pour guérir nos blessures, pour guérir nos maladies et pour nous donner la vie en abondance. Seigneur Jésus, ce soir, regarde tous ces malades qui sont ici. Ils sont venus vers toi parce qu’ils ont confiance en toi. Aie compassion d’eux, Jésus; ne regarde pas nos péchés, mais la foi de ton Église. Regarde la foi de tous ces malades, Jésus, qui sont venus avec de grands sacrifices; certains sont venus de très loin pour te demander une bénédiction spéciale dans leur vie, pour te demander de leur redonner la santé. Toi, lu es la plénitude de la vie, Jésus, Tu es la santé des malades, Tu es la résurrection et la vie. Passe dans cette assemblée, Seigneur, et pose ta main bénie sur chacun de nos malades. Bénis-les, donne-leur une paix profonde, libère-les de toutes angoisses, de toutes craintes et commence à guérir plusieurs malades parmi nous, ce soir, pour qu’ils témoignent, eux aussi, des merveilles de ton amour. Qu’ils proclament ta gloire et que leur guérison, soit un signe de plus de ta présence vivante dans l’ Église d’aujourd’hui. Tout ça Jésus, nous te le demandons par l’intercession de Marie, notre mère, et nous te remercions d’avance pour tout ce que lu vas faire pour chacun de nos malades.

Ici, le père Émilien Tardif se recueille et fait une prière a voix basse.

Puis, il continue. Seigneur Jésus, nous te remercions d’être vraiment présent dans ton peuple ce soir et de libérer des personnes angoissées, des personnes qui souffraient beaucoup d’insomnie, de guérir les blessures profondes de leur coeur qui étaient la racine de leur angoisse et de leur insomnie et, dès ce soir, il y a des personnes, qui sont ici présentes, qui vont retrouver un sommeil profond. Jésus, dans ta bonté, guéris nos blessures. Il est le Prince de la paix, il vient vous redonner cette capacité de dormir et de vous reposer et de vivre dans la paix. Merci, Jésus, de guérir plusieurs personnes d’insomnie. Gloire à toi, Seigneur! Il y a aussi une dame ici présente qui devait être opérée cette semaine d’un cancer au sein gauche et elle est venue prier dans la foi, et le Seigneur commence à guérir ton cancer. Les nodules que lu avais vont disparaître d’ici quelques jours. Il n’y aura plus de trace de cancer chez toi et le médecin n’aura pas besoin de faire l’opération que tu redoutais tellement. Et Jésus va te donner une guérison profonde de ton cancer au cours de ces jours qui viennent. Toi aussi, lu pourras témoigner dans quelques semaines de ce que Jésus a fait pour toi dans sa grande miséricorde. Gloire à toi, Seigneur! Encore ce soir, Jésus veut toucher et guérir des personnes qui souffraient de paralysie. Il y a ici quelqu’un qui ne pouvait pas lever son bras droit. Tu avais une paralysie dans le bras droit et tu ne pouvais pas le lever et Jésus est en train de guérir ton bras. Ce picotement que tu sens dans ton bras, je t’invite à bouger ton bras pour voir si c’est bien toi. Tu ne pouvais pas lever ton bras et, maintenant, tu peux le faire. Je ne sais pas où tu es , et dans la foi, je t’invite à rendre grâce à Dieu et à témoigner tout de suite, parce que tu peux lever ton bras qui ne levait pas à cause de ta douleur. Où es-tu? Quelle est cette personne qui avait cette douleur dans le bras droit, qui l’empêchait de lever son bras? La personne qui est guérie de son bras droit, je l’invite à se lever, debout, à s’identifier. Ne crains pas, rends gloire à Dieu, publiquement. Tu es présent dans l’assemblée. Où es-tu? C’est beau quand on rend gloire à Dieu, tout de suite, parce que c’est évident. Bon, où es-tu? Lève-toi, lève ton bras... et la personne se leva debout et leva son bras. Merci de ton témoignage. Gloire à toi, Seigneur! Il y a aussi quelqu’un qui marchait péniblement avec une canne et que le Seigneur guérit en ce moment-ci. Si tu veux te lever sans l’aide de ta canne, tu vas commencer à marcher et le Seigneur va fortifier tes jambes. Il t’invite à poser un geste de foi et à te lever et à marcher sans l’aide de ta canne, sans l’aide de personne. Regardons qui est cette personne rapidement. Tu es capable de te lever et de marcher. Si tu veux rendre gloire à Dieu, marche tout de suite. Nous allons chercher quelles sont les personnes qui ont une canne, il faut la trouver rapidement parce que le Seigneur veut te guérir. Ne refuse pas ce beau cadeau que Jésus t’offre gratuitement. Il faut que tu poses un geste de foi, que tu te lèves, que tu marches pour te rendre compte de ce que Jésus te donne. La même personne qui avait levé le bras se leva et se mit à marcher. Elle s’approcha lentement de la scène aux applaudissements de la foule. Alors, c’est le même! Eh bien, oui! C’est bien possible! Cela arrive très souvent. Laissez-le passer. Il s’approcha du père Tardif accompagné par d’autres personnes. Cela arrive très souvent que la même guérison continue. Merci, Seigneur! Gloire à toi, Seigneur! Merci, Jésus. Alors, sans l’aide de personne, marche. Au nom de Jésus marche. Et le Seigneur fortifie tes jambes. Fortifie-le, donne-lui de marcher comme lu as guéri le paralytique de l’Évangile. Et le même individu marchait devant l’estrade où se trouvait le père Tardif Merci, Jésus. Tu vas marcher de plus en plus facilement. Sans l’aide de personne, marche; au nom de Jésus, marche. Maintenant lève ton bras pour la gloire de Dieu. Il leva son bras, pleurant de joie.

 

Alléluia! Merci, Seigneur! Alors il faut que tu continues maintenant à faire de l’exercice chaque jour. N’oublie pas, le Seigneur te guérit, mais il y a un temps de réhabilitation et maintenant, chaque jour, fais ton exercice. Où était cette canne? Tu l’avais ici? Ce soir, tu peux la garder pour retourner chez toi, mais demain tu vas faire de l’exercice et après-demain, tu vas marcher plus longtemps chaque jour pour qu’en suite tu puisses donner ta canne en cadeau à quelqu’un. Mais, ce soir, par prudence, il y a de la glace, garde ta canne. Gloire à toi, Seigneur! Merci, Seigneur! Mes frères, ce soir encore, le Seigneur bénit son peuple il y a beaucoup de guérisons intérieures ce soir. Il y a ici une mère de famille qui est très angoissée, triste, parce que son fils de vingt ans s’est enlevé la vie. Cette maman est ici présente elle n’arrive pas à retrouver la paix. Elle est très inquiète et le Seigneur, ce soir, veut guérir ton coeur de maman, ton coeur blessé. Et le Seigneur met dans mon coeur la certitude que ton fils, au moment de sa mort, a eu un moment de lucidité et il a de­mandé pardon à Dieu. Ne crains plus pour son salut. Remercie Dieu. La mère se leva. Elle pleurait. Merci, Jésus, de guérir le coeur de cette maman, de lui redonner la paix et la joie. Merci, Jésus, d’avoir amené avec toi, dans l’éternité, ce fils au moment de ça mort et merci de lui avoir donné le repentir. Ce soir, il y a eu des prières spéciales pour les personnes qui souffraient de la colonne vertébrale. Ce soir, il y en a plusieurs qui ont reçu cette guérison. Je suis certain que, dans l’assemblée, il y a au moins deux hommes et quelques femmes qui pourraient tout de suite se lever et témoigner de la guérison de leur colonne vertébrale, et c’est tellement évident. Quelques personnes se levèrent dans l’assistance. Quels sont les autres qui ont été guéris de leur colonne vertébrale? C’est facile de vérifier, vous pouvez faire un geste. Une dame se leva... Il y a une dame là-bas. Vous aussi. Il y en a un là-bas qui crie sa joie. Est-ce que vous êtes mieux de votre colonne vertébrale? Pouvez-vous vous pencher facilement? La dame se pencha. Bien, c est ça. Gloire à toi, Seigneur! Il n’y a personne ici? Un homme se leva. C’est vous? Vous pouvez vous pencher facilement? Il se pencha. Vous n’avez plus de douleur? Il fit signe que non. Béni soit le Seigneur! Merci de ton témoignage. Cet après midi, j’ai oublié de dire aux personnes qui reçoivent une guérison de garder vos médicaments jusqu’au jour où ce sera évident que vous n’en aurez plus besoin. Parfois, par erreur ou par ignorance, il y a des gens qui laissent leur médicaments au moment de leur guérison et ce n’est pas prudent. Gardez vos médicaments jusqu’au moment où ce sera très évident que votre guérison est terminée. Les médicaments n’empêcheront pas le Seigneur de faire la guérison.  Merci, Jésus! L’homme qui venait d’être guéri de son bras et de ses deux jambes circulait toujours devant l’estrade accompagné de quelques personnes. Il était tellement heureux de pouvoir marcher qu’il n ‘osait s’asseoir. Alors, il faut continuer son exercice. Depuis combien de temps, il ne marchait pas ce monsieur? Deux ans et demi. Merci, Seigneur! Alors, lui aussi va faire de l’exercice et ça va aller de mieux en mieux. Depuis trois ans qu’il ne marchait pas. Comme le Seigneur est bon! N’allez pas croire, mes frères, qu’une guérison de paralysie se fait instantanément. Croyez-le, toutes les guérisons de paralysie que je vois à travers le monde ont l’habitude d’être progressives. Parfois, une personne marche trois ou quatre pas le premier jour et elle n’en peut plus. Puis, le lendemain, elle marche un peu plus. N’allez pas croire qu’après une guérison de paralysie quelqu’un peut aller jouer au baseball tout de suite. Ce n’est pas ça, habituellement. C’est une guérison. Quand le Seigneur commence, il continue son oeuvre. Alléluia! Béni soit le Seigneur! Plusieurs personnes, ce soir, guérissent physiquement du coeur. Parmi ces personnes, il y en a qui souffraient de haute pression et qui reçoivent une guérison complète ce soir. Ce sera facile de vérifier pour vous. Il y avait des personnes qui avaient beaucoup de difficultés à monter des escaliers à cause de leur maladie de coeur, qui sont en train de guérir. Votre coeur bat  fortement. Il y en a qui ont senti une chaleur au coeur physiquement et ne savaient pas pourquoi. Le Seigneur fait son travail, il guérit plusieurs personnes qui avaient le coeur malade. Comme nous sommes heureux pour ce bon papa de cinquante-huit ans qui ne marchait pas depuis trois ans et qui, dans la foi, s’est levé et a commencé à marcher ce soir. Béni sois-tu Seigneur! Mes frères, je crois qu’il y a plusieurs personnes parmi vous, si le temps le permettait, pourraient venir ici et raconter leur témoignage parce qu’il y en a plusieurs qui sont en train de guérir et on ne peut vraiment pas énumérer tout ce que le Seigneur fait. D’ailleurs, il ne nous révèle pas tout. Nous allons terminer, mais Jésus n’a pas terminé. Il continue. Je suis certain qu’il va y avoir, ce soir, des gens qui vont se rendre compte de leur guérison pendant leur retour au foyer. En retournant à la maison, ils vont réaliser que leur douleur est partie. Une autre personne va dire: «J’avais des varices, regarde mes jambes sont bien nettes, c’est guéri. Il y en a qui vont guérir du foie. Il y a des guérisons nombreuses ce soir, croyez-le, c’est vous qui allez le proclamer en témoignant. Moi, je termine en vous demandant de témoigner pour ce que Jésus a fait pour vous. Rappelons quelques faits qui se sont produits à travers le monde. Le père Tardif raconte un témoignage: celui d’un couple d’ Équatoriens, revenus à la santé après un accident de la route qui les avait cloués dans des fauteuils roulants. Puis, il a annoncé que deux personnes souffrant du cancer ont amorcé la guérison, une guérison qui se fera progressivement. Puis, une personne qui souffrait de bourdonnements d’oreilles était guérie. Un homme qui souffrait de sclérose en plaques depuis une douzaine d’années s’est levé et a marché vers le père. Le Seigneur me dit que quatre personnes dans la salle viennent d’être guéries de douleurs à la colonne vertébrale! Levez-vous! Ne soyez pas ingrats. Venez témoigner de votre guérison. «C’est moi, je n’ai plus mal», s’exclame un individu en se pliant pour toucher à ses pieds et prouver à tous que son dos est comme un neuf. Un autre homme se précipite à genoux sur la scène. Une femme, juste à côté, éclate en larmes et lève les bras en criant: «Alléluia. » Elle est libérée de son arthrite. Il y aura des sourds qui enlèveront leur appareil. Et ça continue....   

 

 

Extrait du petit livre : Le grand sermon du Père Émilien Tardif : un Saint qui fait des miracles, par Pierre Nadeau, Primo Éditions,1996.

Programmation: Patrick Allaire, ptre
Cartes de souhaits