Père Émilien Tardif
Padre Emiliano Tardif

Viajero de Dios

Célébrations du 10e anniversaire de décès du Père Émilien Tardif

 

En République Dominicaine

 


La façon de célébrer le 10e anniversaire du passage au ciel du Père Émilien Tardif fut une retraite de guérison à l’école d’Évangélisation, à la nouvelle église « Jésus Ressuscité », dimanche le 7 juin 2009; près de 1000 personnes ont participé.

Il y a eu 5 conférences : « Jésus guérit nos cœurs » par Maria Armenteros, « Jésus nous libère » par Alfredo Pablo, « Jésus guérit les malades » par Victor Masalles, une adoration coordonnée par Miguel Horacio Mariado et enfin une messe présidée par Mgr Plinio Reynoso m.s.c. et concélébrée par les pères Raphaël Rodriguez m.s.c., provincial, André Dumas m.s.c., vice postulateur et les pères Jorge Jara et Juan Candenas.

Lundi le 8 juin à 19h00, une messe du 10e anniversaire de décès a été présidée par le cardinal Nicolas Rodriguez. Une foule nombreuse a participé. Le cardinal a toujours été un grand ami du père Émilien.


Au Québec

Nous avons célébré le 10e anniversaire en invitant le père André Dumas, m.s.c., vice-postulant, Maria Sangiovanni, co-fondatrice de la communauté des serviteurs du Christ Vivant, et Roberto Ramirez un chanteur inspiré, aussi membre de la communauté. Une première messe fut célébrée le samedi 6 juin par l’abbé Marcoux et concélébrée par l’abbé Yves Rancourt à St-Zacharie de Beauce, à la paroisse où le père Émilien est née.

Une seconde messe fut présidée par l’abbé Yves Rancourt et concélébrée par le père André Dumas m.s.c., les abbés Pierre Rancourt, Victorien Faucher, Laval Bolduc, curé de la paroisse et assisté par les diacres Charles Roberge et Michel Bolduc, à l’église l’Assomption de St-Georges de Beauce; plus de 500 personnes y participaient. Il y a eu un enseignement de Maria Sangiovanni et un ministère de guérison fait par Roberto Ramirez et Maria.

Le mardi, 16 juin, en chemin vers Chicoutimi, nous avons fait deux arrêts; un arrêt à Ste-Marie à la Maison des Oblates de Béthanie où deux sœurs Cosette originaires de Rapide Danseur en Abitibi, co-paroissiennes du père Émilien, où le père Émilien a été ordonné le 24 juin 1955; un autre arrêt à Beauport chez les sœurs de Ste-Chrétienne, où réside Sr Jeannette Vandal, cette dernière affectionne beaucoup le père Émilien pour avoir travaillé sur des documents qui le concernaient.

À Chicoutimi en soirée, il y a eu une troisième eucharistie d’anniversaire à la maison des sœurs du Bon Conseil, qui fut célébrée par l’abbé Yves Rancourt et concélébrée par le père André Dumas. Il y a eu un enseignement de Maria et un ministère de prières fut fait par Maria et Roberto. Mercredi le 17 juin, sur la route pour nous rendre à Rouyn-Noranda nous avons fait deux arrêts : un premier arrêt à La Doré, à la maison de Gérard Delisle et Gertrude Bélanger, pour fraterniser et prier avec eux; un deuxième arrêt à Chibougameau où le curé, le père Fernand Dufour, nous a accueillis et fait visiter l’église et une chapelle d’adoration entièrement faite de bois. Enfin, l’autre partie de route pour se rendre à Rouyn-Noranda aux alentours de 22h00 fut vraiment longue. Maria a trouvé ça bien loin, elle a même désiré prendre une chambre à Val-D’Or, tellement elle se sentait fatiguée. Il faut dire que le millage fait dans cette journée, équivaut presque la traversée du pays de la République Dominicaine en millage, du Nord au Sud et du Sud à l’Est du pays.

Nous avons passé trois jours à Rouyn-Noranda à la maison des sœurs Auxiliatrices de Notre-Dame, résidence de Sr Adrienne Tardif, de plus, trois parmi nous ont demeuré à la maison de la communauté Ste-Famille, une communauté laïque. Jeudi le 19 juin en après-midi, nous avons visité la petite église St-Bruno de Rapide Danseur, où le père Émilien a été ordonné le 15 juin 1955, aussi la maison familiale des Tardif et le cimetière, en compagnie d’Adrien et sœur Adrienne, frère et sœur du père Émilien. Jean-Yves Tardif, un neveu d’Émilien qui avait 8 ans lors de l’ordination d’Émilien, nous a donné maintes et maintes informations historiques des lieux.

En soirée, le père André Dumas a présidé la quatrième messe anniversaire. Il y avait beaucoup d’émotion dans l’air autant pour les visiteurs que pour les gens des alentours de Rapide Danseur. Le vendredi 19 juin, nous avons visité Mgr Moreau, à l’archevêché de Rouyn. Quelle belle rencontre de partage. En soirée à la chapelle des sœurs Auxiliatrices, en la fête du Sacré-Cœur, le père André Dumas, m.s.c. a présidé à une messe d’anniversaire en présence de Mgr Moreau, l’abbé Yves Rancourt et quelques prêtres du diocèse de Rouyn-Noranda et d’Amos. Maria, qui partage aussi la spiritualité au Sacré-Cœur de Jésus et de Marie, a donné un enseignement centré sur la Grande Miséricorde du Seigneur. Roberto, un autre membre de la communauté des serviteurs, a témoigné de la miséricorde du Seigneur à son égard, lui qui est un converti considérant le père Émilien comme un père.

Samedi le 20 juin, nous sommes arrivés à la paroisse Ste-Geneviève de Berthierville, accueillis par l’abbé Claude Sauvageau, curé de trois paroisses. Dimanche le 21 juin, le père André et moi avons fait du ministère dans ces paroisses, célébration, prédication et même un baptême. En soirée à 18h30, nous avons célébré une 6e messe d’anniversaire à l’église de Ste-Thérèse de Joliette avec le père Wilson Ramirez, colombien d’origine et en présence de Ricardo, un stagiaire colombien.

Ce fut une célébration très animée avec une présence de 40 personnes hispanophones. Maria a fait l’enseignement et Roberto a interprété ses chants religieux, et un ministère de prière a été fait à l’offertoire, une célébration dynamique. Après la célébration, le curé Nicolas Tremblay nous a accueillis et nous avons eu des échanges très fructueux et fraternels.

L'abbé Laval Bolduc , le père Andrès Dumas vice-postulateur et l'abbé Claude Sauvageau ,
photo prise en février 2017 à Boca Chica.

Lundi le 22 juin, en matinée, l'abbé Claude Sauvageau a fait l'enregistrement de trois émissions de télévision pour la TV communautaire de la région de Joliette. Maria et Roberto ont participé à cet enseignement et le père André Dumas a servi d'interprète: ce sont des documents à voir. Durant l'après-midi, nous avons eu une sortie en bateau sur le fleuve autour des îles à Berthierville, en compagnie du cousin du père André. Les îles sont de vrais sanctuaires d'oiseaux de toutes sortes, et surtout pour les pélicans qui sont en abondance . Nous avons fait un arrêt à l'île des Ours où le cousin du père André , a un chalet et une fermette . En soirée, une réunion de prières a eu lieu chez les soeurs moniales de Berthierville; Maria et Roberto ont partagé leur témoignage tout en donnant un enseignement sur la grande Miséricorde du Seigneur. Une rencontre remplie de joie et d'émerveillement en présence de ces soeurs contemplatives et quelques paroissiens qui s'étaient joints à cette réunion.

Mardi le 23 juin, de retour en Beauce, nous avons fait un arrêt à Notre-Dame du Cap, où nous avons concélébré. Nous connaissons l’attachement du père Émilien à la Vierge. Là, nous avons échangé avec un père Carme à propos du père Émilien, il avait lu presque tous les livres qui le concernaient. Arrivant à St-Georges, le père André, Maria et Roberto ont séjourné à la maison du diacre Charles Roberge et Diane Paquet, nièce du père Émilien. En leur absence Hélène Paquet, nièce du père Émilien et son époux Martial Drouin étaient leurs hôtes pour cette dernière journée. Au souper, Maria nous a invités à un bon repas dominicain.

Le lendemain 24 juin, fête nationale, Gabrielle Goupil et Mario Veilleux accompagnés d’Hélène et Martial se sont rendus à St-Côme pour visiter la maison de Rose Tardif, sœur aînée du père Émilien et la maison où la famille Tardif a habité à St-Zacharie de Beauce. Voici quelques arrêts importants : l’un à l’église et à la salle paroissiale de St-Côme où le Renouveau a débuté en Beauce et où le père Émilien a témoigné pour la première fois de sa guérison, et un autre à l’église de St-Zacharie, lieu où Léonidas Tardif et Anna Larochelle ont fait baptiser leurs enfants. Il faut noter ici que cette église est nouvelle depuis 1957. En 1940, la famille Tardif, avec la plupart des enfants, dont Émilien, déménage sur une terre de colonisation à Rapide Danseur en Abitibi. Plusieurs familles ont quitté St-Zacharie, vers des terres d’Abitibi et du Témiscamingue en raison de la crise économique et des difficultés dues à la guerre 39-45. Voilà ce qui explique les deux lieux de résidence de la famille du père Émilien : St-Zacharie de Beauce et Rapide Danseur en Abitibi.

Tôt en après-midi, le père André, Maria et Roberto rentraient à Québec à Ste-Ursule, à la maison des missionnaires du Sacré-Cœur, où le père Émilien a souvent séjourné pour faire ses études à l’Université Laval et lors de ses différents passages à Québec. En ce 10e anniversaire, nous avons parcouru 30,000 kilomètres à la façon du père Émilien en visitant la grande famille. Au plan spirituel, ce parcours nous a apporté une meilleure compréhension de l’ouverture missionnaire au monde du père Émilien et l’esprit familial qui l’a toujours habité. Sur cette route, nous avons entendu différents témoignages de personnes qui ont obtenu des guérisons suite au ministère du père Émilien et qui ont partagé du bon temps avec lui. Nous nous sentions sur un chemin de vie qui avait la couleur de la vulnérabilité. Ce chemin, ce parcours se poursuit en nos cœurs. Un grand merci à l’équipe, Gabrielle, responsable de la vente des documents, à Mario, le chauffeur de la camionnette, à la famille Tardif et Paquet, aussi à toutes les personnes qui nous ont accueillis au cours de ce pèlerinage.

Merci à nos invités : à Maria Sangiovanni, au Père André Dumas et Roberto Ramirez qui ont touché les cœurs et touché le cœur de Dieu pour nous.

etcol13.jpg - 15.47 Kb Bon Père Émilien, priez avec nous en cette année sacerdotale!

Yves Rancourt, ptre

St-Georges de Beauce

yves.rancourt@globetrotter.net

 

Programmation: Patrick Allaire, ptre
Cartes de souhaits