Père Émilien Tardif
Padre Emiliano Tardif

Viajero de Dios

Nul n`est prophète en son pays


Par Jean-Robert Gauthier
Canada
Mardi 6 Janvier 2009

Avant de monter au ciel, le Seigneur a exhorté ses disciples à annoncer la Bonne Nouvelle à toutes les nations. Depuis plus d’un siècle, c’est par milliers que les fils et les filles du Québec ont répondu à cet appel avec beaucoup de générosité. Peu ont eu le rayonnement du père Émilien Tardif.

Lorsque le père Tardif décédait subitement le 8 juin 1999, le président de la République dominicaine, son pays d’adoption, décréta une journée de deuil national pour honorer ce grand homme de Dieu. C’est par milliers que des gens sont venus lui faire leurs adieux d’abord à Saint-Domingue, puis à Santiago. Son souvenir demeure bien vivant partout où il a non seulement annoncé, mais prouvé, que Jésus est vivant. Il est bon qu’un livre vienne célébrer cette vocation hors du commun.


En écrivant son livre intitulé Émiliano Tardif, un homme de Dieu (1), Maria A. Sangiovanni a rendu un grand service à l’Église tout entière. La traduction française qui vient de paraître aux Éditions des Béatitudes va réjouir les nombreux amis francophones du père Tardif.

En tant que co-fondatrice avec le père Tardif de la Communauté des serviteurs du Christ Vivant, l’auteur a bien connu le Missionnaire du Sacré-Coeur en République dominicaine où il a oeuvré depuis 1965. Elle a consulté la famille et les lettres du père Tardif pour raconter l’histoire de cette vocation exceptionnelle.

Elle décrit très bien le changement radical qui s’est opéré en lui lorsque, terrassé par une tuberculose pulmonaire aiguë, il a été guéri grâce à l’imposition des mains de cinq laïcs. Comme beaucoup de prêtres, il s’était méfié du Renouveau Charismatique. Or «l’expérience de sa guérison fut pour lui l’occasion d’une rencontre avec Jésus vivant, proche, présent, agissant dans sa vie» (p. 74).

Pendant cette prière, le Seigneur lui révéla qu’Il allait faire de lui un témoin de Son amour. Humblement et avec docilité à l’Esprit Saint, le père Tardif a mis les charismes reçus au service de l’évangélisation. L’auteur fait bien ressortir l’importance pour les âmes d’allier une prédication fervente à une ouverture aux signes et prodiges qui transforment les vies.


C’est ainsi que Jésus touchait les coeurs; c’est ainsi que les apôtres et les saints de tous les temps ont converti des peuples entiers. C’est parce qu’on a rejeté cette approche audacieuse et surnaturelle que la foi recule chez nous et ailleurs en Occident. L’auteur illustre son propos de témoignages de guérisons physiques et spirituelles étonnantes. Ce ministère de compassion inspiré par la présence réelle de l’Eucharistie et soutenu par une prière confiante et persévérante, a béni des enfants de Dieu dans 72 pays. Malgré l’incompréhension de certains, il attira des foules considérables non seulement au Tiers monde mais en Europe et ici même au Québec.

Partout, le père Tardif encourageait les gens à adhérer à des groupes de prière charismatiques pour que le Seigneur renouvelle et alimente leur foi. Que deviendrait notre Église du Québec si chacun s’ouvrait à la vie de l’Esprit Saint avec l’audace et l’humilité du père Tardif? Ce livre nous en donne vraiment le goût.

Dans ce livre, les témoignages ne manquent pas. Celui du père Raniero Cantalamessa, au tout début, donne le ton. L’auteur a consacré les dernières 83 pages du livre à des témoignages de nombreux prélats, prêtres, religieux et membres de la famille naturelle et spirituelle du grand missionnaire.

L’archevêque de Santiago considère le père Tardif comme «un des grands hommes de l’Église de ces dernières décennies». L’évêque auxiliaire de Saint-Domingue n’hésite pas à dire que le père Tardif «s’en est allé en odeur de sainteté». La lecture de ce livre m’a fait beaucoup de bien. Plusieurs fois, la prière a jailli spontanément au fond de mon coeur, m’obligeant à mettre le livre de côté pour m’entretenir avec mon Sauveur. Lisez-le et «goûtez et voyez comme est bon le Seigneur».

Note:

1- Éditions des Béatitudes, Maria A. Sangiovanni, 2007, 250 pages, 37,95$.


Voir la revue associée à cet article

Programmation: Patrick Allaire, ptre
Cartes de souhaits